Le terme Yôkaï désigne un monstre japonais et signifie, dans son acception la plus large, phénomène surnaturel // tout ce qui n’est pas humain.

Cette idée de phénomène et de questionnement de la frontière entre ce qui fait qu’on est humain ou créature a amené un lien évident avec l’approche artistique de Violaine Fimbel, et son lien singulier avec la marionnette et la magie.

A la sortie de l’ESNAM, en octobre 2014, Violaine Fimbel crée la Compagnie Yôkaï, dont le premier spectacle VOLATILE(S) a tourné en Finlande, en Allemagne, au Brésil, au Japon et en Avignon.

La compagnie décline son identité artistique à travers des univers perturbants, des formes fantastiques, sortis de l’imaginaire de Violaine Fimbel ou puisés dans les arts visuels (cinéma, peinture, sculpture, illustration…) et la littérature.

Pour approfondir une pratique instinctive de la magie, présente dans son premier spectacle, Violaine suit la formation en Magie Nouvelle dispensée au CNAC par Raphaël Navarro et Valentine Losseau, de la Compagnie 14 :20. Elle y découvre un langage artistique et une approche anthropologique qui font écho à sa recherche -rendre possible l’impossible, cultiver le trouble, donner vie au surnaturel – et qui lui apportent la matière théorique qui complète sa démarche intuitive.

En 2017, POSSESSION est la seconde création de la compagnie, où se croisent les univers de Lewis Carroll et Antonin Artaud dans un jeu de double possession, intellectuelle et psychique. Cette forme, repérée par la Compagnie 14 :20, joue notamment à la soirée « Jeunes Talents Magie Nouvelle » au Théâtre du Rond-Point en 2018. C’est de cette proposition qu’est née l’installation KILLING ALICE.

La dernière création de la Compagnie, GIMME SHELTER (donne-moi un abri), explore le surnaturel et la frontière entre le réel et le fantasmé. Les premières représentations ont été données au Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières et au Manège de Reims-Scène Nationale, dont Violaine a été par ailleurs artiste compagnon pendant deux saisons.

Violaine Fimbel conçoit et réalise les marionnettes

présentes sur le plateau. Sa démarche d’écriture poursuit un but bien précis : créer un trouble permanent sur la perception du spectateur, en croisant la magie et la marionnette. Elle initie avec Marjan Kunaver, imachinateur, un programme de recherche à partir de 2020 connectant les effets spéciaux au cinéma et le plateau en marionnette et magie. Plaçant l’animation invisible au cœur de son processus de recherche et de création, ce projet s’appelle RÉVEIL INVISIBLE.

Photo © Justine Maillard